Les entreprises d'insertion, actrices des territoires ZDZG

28 octobre 2016

Vous êtes ici

Organisée par l’ADEME à l’Espace Charenton (Paris 12ème), la rencontre a rassemblé sur deux jours les collectivités lauréates 2015 de l’appel à projets Territoires Zéro Déchet Zéro Gaspillage (ZDZG). La journée du vendredi a été consacrée à la mobilisation des acteurs économiques pour favoriser la transition énergétique et écologique, et la mise en place d’une économie plus circulaire.

Paul Clément, directeur de l'entreprise d'insertion Tripapyrus, lors de la journée organisée par l'ADEMEVirginie Rocheteau, Animatrice Stratégie Relais auprès des entreprises à l’ADEME, a souligné auprès des collectivités la nécessité d’impliquer et de mobiliser les entreprises, et pour cela, d’entrer dans une logique de coopération et de partenariat avec elles.

Représentée par Paul Clément, dirigeant de l’entreprise d’insertion vendéenne Tripapyrus, la fédération des entreprises d’insertion a mis en lumière comment, sur les territoires, au plus près des enjeux locaux d’emploi et d’environnement, les entreprises d’insertion apportent une réponse pertinente aux collectivités, en particulier sur les questions de tri des déchets. Paul Clément a présenté l’expérience de deux entreprises d’insertion vendéennes, Tripapyrus et Trait-d’Union, qui ont subi l’impact de la décision du syndicat mixte local de concentrer le tri sur un seul centre pour l’ensemble des territoires concernés. Les deux entreprises ont dû fermer quatre centres de tri entraînant la perte de 80 emplois. Paul Clément a rappelé l’importance pour les collectivités de prendre en compte les dimensions d’emploi et de territoire dans leurs décisions, en parallèle des impératifs de rationalisation des dépenses et de modernisation des équipements.

Il a également souligné le travail d’accompagnement de la fédération auprès des entreprises d’insertion pour répondre aux enjeux écologiques et faire face à la modernisation des centres de tri des déchets en s’appuyant sur les initiatives en cours. Les deux entreprises vendéennes, face à la fermeture de leurs centres, ont ainsi :

  • lancé deux «écorecycleries», 
  • créé une chaîne de tri de plastiques non emballages,
  • développé la collecte de déchets d’activités économiques (DAE) auprès des PME et artisans,
  • travaillé à l’ouverture d’un centre de sur-tri, d’affinage et de régénération de plastique.

La journée s’est conclue par une après-midi d’ateliers visant à donner aux collectivités des pistes concrètes pour mobiliser sur des logiques d’économie circulaire les entreprises de leurs territoires en s’appuyant notamment sur l’expertise et l’expérience des entreprises d’insertion.