La fédération interpelle les candidats à l'élection présidentielle sur l'insertion

29 mars 2012

Vous êtes ici

La fédération est allée à la rencontre des candidats à l’élection présidentielle ou de leurs représentants afin de les questionner sur la place de l’insertion dans leur programme et savoir parmi les sept propositions du Pacte pour l’insertion et l’emploi, laquelle ou lesquelles ils reprendraient en priorité. Extraits…

Entretien avec François Hollande, PS, le 20 mars 2012
« D’abord j’ai pris un engagement vis-à-vis de l’économie sociale et solidaire. Ensuite, je reprends l’objectif du Pacte pour l’insertion et l’emploi: 150 000 personnes doivent être accompagnées pour retrouver un emploi, et vos propositions comme autant d’éléments qui peuvent atteindre cet objectif. »

 


 
Entretien avec Xavier Bertrand, pour Nicolas Sarkozy, UMP, le 20 mars 2012
« Nous croyons à l’insertion par l’activité économique. C’est important en termes de politique de l’emploi et de lutte contre l’exclusion. Je suis convaincu que les entreprises d’insertion sont vraiment la passerelle efficace, parfois indispensable, pour revenir et rester dans le marché de l’emploi. »

 

 

Entretien avec Eva Joly, EELV, le 23 mars 2012
« Le Pacte pour l’insertion et l’emploi est fondamental parce qu’il permet de créer des solutions pour les 5 millions de chômeurs que compte la France aujourd’hui. Il souligne aussi l’importance des entreprises d’insertion dans les secteurs de l’économie sociale et solidaire, que je soutiens. »

 



Entretien avec Daniel GARRIGUE, pour François BAYROU, MoDem, le 26 mars 2012
« Trois propositions du Pacte nous paraissent essentielles : la formation des personnes les plus éloignées de l’emploi en s’appuyant pour cela sur les entreprises d’insertion, la question des passerelles entre les entreprises d’insertion et les entreprises de droit commun et la généralisation des clauses sociales et des achats socialement responsables dans les marchés passés par l’Etat et les collectivités locales. »


 

Entretien avec François Longérinas, pour Jean-Luc Mélenchon, Front de Gauche, le 26 mars 2012
« Il faut donner à l’activité par l’insertion économique et à ses acteurs les moyens de fonctionner, pour qu’ils aient confiance et qu’ils puissent se projeter au-delà de 2 ans, 4 ans, 6 ans. »