Un hôtel pas tout à fait comme les autres

06 décembre 2016

Vous êtes ici

A première vue, rien ne distingue le Zazie hôtel des autres établissements deux étoiles de la capitale : une vingtaine de chambres simples, doubles ou triples ; une localisation dans le 12ème, entre Nation et Bastille, à quelques encablures de la gare de Lyon, proche du métro et du RER pour rejoindre facilement les différents spots touristiques et professionnels de la capitale ; un personnel à l’écoute et un service 24h/24h ; un décor vintage affirmé et assumé avec vieilles affiches de cinéma, papiers peints des années 50 et meubles chinés… Le Zazie Hôtel n’est cependant pas un hôtel tout à fait comme les autres. Conventionné entreprise d’insertion depuis 2012, sa vocation première est de favoriser l’accès et le retour à l’emploi de personnes en difficulté sociale et professionnelle. L’hôtel a ainsi salarié et accompagné une quinzaine de salariés en parcours d’insertion sur des postes d’employés polyvalents ou de réceptionnistes, depuis sa transformation en entreprise d’insertion.

 

Repenser le travail

Anne-Sophie de Boulois, dirigeante du Zazie hôtel, entreprise d'insertion depuis 2012Pour ce faire, « nous avons réinternalisé l’entretien des chambres et l’activité blanchisserie, ce qui a permis de générer du travail et de doubler le nombre de nos salariés », raconte Anne-Sophie de Boulois. De trois salariés en 2012, le Zazie hôtel emploie aujourd’hui sept salariés dont quatre en parcours d’insertion « à temps plein et avec des horaires cohérents » ajoute Anne-Sophie de Boulois « car, si nous embauchons des gens, c’est avant tout pour qu’ils s’en sortent ! ».  

Au-delà de la réinternalisation d’activités, le Zazie hôtel a mis en place une autre organisation du travail « pour qu’il soit rapidement accessible aux personnes inexpérimentées et fragiles que nous accueillons, grâce à des phases de formation et de montée en charge progressive, avec des procédures simples et précises » indique sa dirigeante. Grâce à une organisation spécifique privilégiant l’autonomie, l’initiative, la coopération et la diversité des tâches, les salariés testent et construisent une vraie compétence d’accueil et de service.

Et ce n’est pas David, réceptionniste, embauché il y a 2 ans et demi, et désormais en CDI, qui dira le contraire : « Insertion ou pas, j’ai travaillé dans différents établissements hôteliers mais je préfère les hôtels à échelle humaine où les clients sont considérés avant tout comme des personnes. Cela se ressent aussi dans le traitement du personnel; avec patience, au cas par cas selon les difficultés de chacun. Dans d’autres établissements, le traitement aurait été plus expéditif et sans appel ». Les plannings s’adaptent ainsi aux capacités et projets de chacun. Bon nombre de tâches comme, par exemple, le linge, l’approvisionnement, l’entretien des parties communes, le petit déjeuner…sont partagés entre salariés permanents et salariés en parcours d’insertion, sans distinction, notamment aux yeux des clients. Et « le client est le meilleur encadrant du travail qui soit », souligne Anne-Sophie de Boulois,  « car il attend un accueil et un service de qualité qui est aussi une source de motivation pour les personnes en parcours d’insertion ».

 

Améliorer les conditions de travail

« Une autre de nos priorités est de réfléchir à l’amélioration des conditions de travail de nos salariés dans chacun de nos investissements ». Pour faciliter celui des femmes de chambre, l’ascenseur créé pour les clients dessert également le sous-sol pour charger les chariots de ménage afin de réduire la pénibilité et les risques professionnels. Le sous-sol, qui a également été réaménagé, comporte une salle de douche pour les salariés. L’hôtel a aussi opté pour des housses portefeuille plus faciles à dresser que des couettes fermées concernant sa literie. « Chaque hôtel a sa façon de faire les lits », confie Colette, première femme de chambre, « mais avec ces couettes, il suffit de tirer et c’est dressé. Cela facilite notre travail au quotidien. En plus, ces draps sont infroissables, c’est net, et moi j’aime bien que le travail soit propre ! ».

 

Inscrire le projet social de l’entreprise dans une dynamique globale

Au petit-déjeuner, fruits frais de saison, baguettes d’une boulangerie artisanale du quartier, cakes maison, œufs de plein air, fromages variés… les produits sont en majorité bio ou locaux. « Nous portons aussi une attention toute particulière aux eco-gestes dans l’ensemble de notre fonctionnement » souligne Anne-Sophie de Boulois. Distributeurs de gel douche dans les chambres, produits d’entretien éco-labellisés, suppression de tout emballage individuel au petit déjeuner…Les déchets sont triés et recyclés, les consommations d’eau et d’énergie gérées grâce à l’installation d’un régulateur thermique, par exemple. Les appareils comme les machines à laver et sécher, les téléviseurs, la téléphonie sont reconditionnés et vivent une seconde vie au Zazie hôtel. A l’exception des lits et des textiles, le mobilier est presque intégralement chiné, réparé ou reconverti. L’hôtel est signataire de la « Charte pour un hébergement durable », portée par l’Office de tourisme de Paris. «Notre projet s’inscrit pleinement dans le développement durable et nous en portons les valeurs auprès de nos salariés, clients, fournisseurs et prestataires » conclut la dirigeante.

 

Et si c’était à refaire ?

Anne-Sophie de Boulois en est sûre, c’était le bon choix, même si reprendre un hôtel traditionnel pour en faire une entreprise d’insertion représente un investissement lourd ! Les soutiens financiers ont été nombreux : la reprise du Zazie hôtel s’est effectuée avec la participation de deux fonds gérés par ESFIN GESTION, l’IDES (institut de Développement de l’Economie Sociale) et EQUISOL, coopérative francilienne de capital-investissement solidaire, initié par le Conseil régional Ile-de-France. Les rénovations ont fait l’objet d’un prêt participatif de Paris Initiative Entreprise du réseau France Active. Les investissements d’équipements ont reçu l’appui des fondations Banque Populaire, MACIF et VINCI pour la Cité.

Aujourd’hui plus de 90% des ressources du Zazie hôtel proviennent de la vente de ses prestations hôtelières. 62% des salariés en insertion, à l’issue de leur parcours dans l’entreprise, ont retrouvé un emploi, en CDI ou CDD, en tant que réceptionnistes, femmes de chambre ou gouvernant(e)s, dans l’hôtellerie, secteur d’activité en tension, avec plus de 3 000 intentions de recrutement en Ile-de-France, en 2016*, ou dans d’autres secteurs d’activités comme les services à la personne ou la culture. Preuve que l’entreprise d’insertion rime avec efficacité économique et qualité, solidarité et utilité sociale.

 

* Enquête Besoins en Main d’œuvre 2016 en Ile-de-France - Pôle emploi Ile-de-France.

 

Retrouvez le Zazie hôtel sur Youtube et dans Carnets de Campagne sur France Inter.

Zazie hôtel, 3 rue Chaligny, 75012 Paris - Tél : +33 (0)1 46 28 10 20

contact@zaziehotel.paris - www.zaziehotel.paris