Le label RSEi souffle sa première bougie !

02 février 2021

Vous êtes ici

Lancé le 5 février 2020, le label RSEi (responsabilité sociétale des entreprises inclusives), élaboré par la fédération des entreprises d’insertion en partenariat avec AFNOR Certification, est en cours de déploiement auprès des entreprises.

Premier label à conjuguer inclusion et RSE, le label RSEi s’adresse aux entreprises sociales inclusives qui ont pour finalité l’inclusion des personnes vulnérables, mais également aux entreprises inclusives qui intègrent l’inclusion comme composante de leur projet stratégique. Le label les accompagne dans la construction et la valorisation globale de leur politique RSE en y intégrant les spécificités de la mission d’inclusion des personnes vulnérables.

Deux entreprises sociales inclusives nouvellement labellisées nous offrent leur retour d’expérience : l’entreprise BTS insertion, entreprise d’insertion dans le Doubs (25) qui a obtenu la labellisation en septembre 2021 et l’entreprise de travail temporaire d’insertion E2I présente en Seine-Maritime (76) et dans la Somme (80) qui est labellisée depuis janvier 2021.

Valérie PERRIN MASSON, directrice de la blanchisserie BTS, et Michel HERMANN, directeur d’E2i, témoignent :

Bonjour, revenons aux prémices de la démarche, pourquoi avez-vous choisi de vous labelliser RSEi ? 

VPM : Nous étions certifiés AFAQ Ei/ETTi (Ndlr : certification qualité proposée par la fédération des entreprises d’insertion, remplacée par le label RSEi) et donc inscrits dans une démarche qualité qui a permis de professionnaliser la mission d’accompagnement socio-professionnel. Le label RSEi nous est donc apparu comme la suite logique dans notre démarche d’amélioration continue ; d’autant plus, que nous étions inscrits depuis environ deux ans dans une démarche RSE avec un plan d’action dédié.

MH : La démarche nous a paru importante car la RSE est aujourd’hui incontournable et les entreprises inclusives, notamment du fait de leur ADN socialement responsable, doivent s’emparer de ces enjeux relatifs à la responsabilité globale. De plus, E2i ayant connu une période de crise suivie d’une période de forte croissance, il était important de mobiliser les équipes et structurer le métier pour accompagner ces changements. Le label RSEi permet cela.

Qu’attendez-vous de la labellisation ? 

VPM : La labellisation nous aide à poursuivre notre démarche d’amélioration continue en intégrant tous les pans de la RSE. En effet, la labellisation nous permet de nous structurer, de nous décliner autour de projets et d’objectifs en lien et cohérents avec la RSE. De plus, c’est un outil lisible sur lequel nous comptons pour nourrir nos communications auprès de toutes nos parties prenantes : clients économiques, sociaux, institutionnels, partenaires….

MH : Chez E2I, nous attendons trois choses de la labellisation. Premièrement, nous attendons une clarification de l’organisation, en termes de process et de méthodes notamment quant à notre cœur de métier : le travail temporaire. Deuxièmement, nous souhaitons conduire un management RSE à tous les niveaux. Enfin, nous comptons sur le label pour être un argument commercial permettant de valoriser notre responsabilité et notre professionnalisme et ainsi nous démarquer de nos concurrents auprès des acheteurs.

Pouvez-vous nous donner deux exemples concrets d’implication de vos parties prenantes externes ou internes ? 

VPM : Afin de nous ancrer dans les thématiques des achats responsables, nous menons des enquêtes auprès de nos fournisseurs sous forme de questionnaire. Nous les interrogeons sur leurs pratiques et nous leur partageons des suggestions pour accroître leur responsabilité, notamment environnementale. De plus, nous sensibilisons les clients en les incitant à nous retourner les cintres par exemple, nous confectionnons des masques homologués catégorie 1 pour lutter contre le tout jetable et le gaspillage des ressources.

MH : Dans un objectif d’implication de nos collaborateurs dans la démarche, nous avons mis en place une enquête de satisfaction auprès des intérimaires ainsi que des affiches informatives. Nous sommes aujourd’hui en active réflexion pour accentuer le partage d’informations relatives à l’organisation de l’entreprise auprès des intérimaires. Les permanents ont été fortement impliqués dans les prises de décisions, induites par la labellisation, notamment quant à la cartographie des parties prenantes.

Que diriez-vous à une entreprise qui hésite à se labelliser ? 

VPM : Pour les entreprises inclusives le label permet une professionnalisation de la mission d’inclusion en décryptant ses spécificités parfois complexes à appréhender. C’est donc un outil de valorisation intéressant auprès des parties prenantes. De plus, la RSE est une urgence citoyenne, il est donc important que toutes les entreprises s’en saisissent et notamment les entreprises inclusives.

MH : Ce n’est pas difficile de s’impliquer dans une démarche responsable comme la labellisation RSEi, d’autant plus que son mode d’évaluation s’appuie sur l’amélioration continue. Ainsi, tous les niveaux de maturité sont valorisés (initial, engagé, confirmé, exemplaire). C’est important pour l’avenir de l’entreprise et celui du bénéficiaire, et c’est en plus un engagement sociétal en cohérence avec notre mission d’inclusion.