Une porte s’ouvre pour plus de formation dans l’insertion

23 février 2018

Vous êtes ici

Après de longues tractations, et un soutien sans faille de la CFTC, la fédération des entreprises d’insertion, en concertation avec les réseaux de l’insertion, a réussi à faire intégrer le lien entre alternance et insertion dans l’Accord national interprofessionnel (ANI) sur la formation professionnelle que viennent de signer les partenaires sociaux. Cependant, l’essentiel reste encore à faire.

 

C’est un petit pas pour les partenaires sociaux mais une grande promesse pour les salariés : les structures d’insertion sont désormais reconnues comme des acteurs de la formation des personnes en difficulté. Enfin, une porte s’ouvre pour que le triptyque emploi, accompagnement et formation, que les réseaux de l’insertion portent d’une seule voix depuis longtemps, se mette en œuvre concrètement.

 

Pour Maxime Dumont et Aline Mougenot, négociateurs formation de la CFTC qui ont porté cette avancée avec le soutien du MEDEF, « nous avons tenu à défendre la formation des salariés en parcours d’insertion dans la négociation car cela fait partie intégrante de la vision de l’entreprise citoyenne que nous défendons ».

 

Alors que la précédente loi sur la formation professionnelle avait fait l’impasse sur l’insertion par l’activité économique, celle en préparation devra traduire le choix fait par les partenaires sociaux : prévoir pour l’insertion des modalités renforcées de financement de  la formation qui tiennent compte des besoins des personnes et des moyens d’accompagnement mis en œuvre.

 

Pour Luc de Gardelle, président de la fédération «l’ANI est une première étape mais tout reste à faire pour que la loi formation qui va en découler acte des mesures concrètes fortes qui, combinées au PIC, changent vraiment la donne».

 

La fédération continuera de travailler d’arrache-pied auprès de l’Etat, des parlementaires, des partenaires sociaux et des Régions pour que cette volonté commune se traduise en actes pour les salariés.

 

Télécharger le communiqué de presse