La Varappe en route pour la labellisation RSEi

05 février 2020

Vous êtes ici

Le groupe La Varappe, regroupant des entreprises d’insertion et entreprises de travail temporaire d’insertion dans divers secteurs d’activités, est l’un des premiers à se lancer dans la labellisation RSEi (Responsabilité Sociétale des Entreprises inclusives). Sandrine Désertot, directrice du Pôle RH et Compétences, nous explique pourquoi et comment le groupe est entré dans cette nouvelle démarche, auparavant certifié AFAQ Ei/ETTi.

 

Qu’est-ce qui a motivé le Groupe La Varappe à passer de la certification AFAQ Ei/ETTi au label RSEi ?

De manière générale, le label est un outil privilégié qui nous incite à formaliser et valoriser toutes les actions responsables déjà présentes dans notre ADN. Il nous permet ainsi de partager nos bonnes pratiques avec le plus grand nombre et de les valoriser au même titre que les grands groupes disposant d’une plus large exposition. De plus, au niveau organisationnel, la fusion du Groupe La Varappe a aussi été un élément déclencheur. Notre taille est plus importante et nous intégrons de nouveaux collaborateurs, donc de nouveaux enjeux. Mettre en place un nouveau processus tombe donc au bon moment puisqu’il permettra d’intégrer ces nouveaux éléments dès le démarrage.

En ce qui concerne concrètement ce label, l’intégration de la dimension environnementale a aussi motivé notre envie d’y aller. La certification AFAQ conjuguait dimension sociale et économique ; avec la labellisation, nous allons également nous engager sur la dimension environnementale et mesurer l’empreinte écologique de nos activités. 

En outre, le label est un nouvel outil au service du progrès avec la promotion d’une co-construction avec l’ensemble de nos parties prenantes. En interne, cela permet d’inclure les équipes, de réfléchir ensemble et donc de mobiliser. Dans cette logique, nous avons impulsé des groupes de travail autour des thèmes du label RSEi et je suis moi-même impliquée dans ce travail car je considère que l’engagement de la direction est un facteur clé dans la réussite de la labellisation.

 

Concernant la labellisation, avez-vous identifié des aspects qui vont être un vrai challenge et d’autres qui vous apparaissent plus simples ?

L’un des principaux challenges est la constitution même du Groupe La Varappe : six filiales avec des activités différentes. Certaines de ces filiales vont avoir une expertise plus poussée sur certains sujets, l’idée est donc de créer une dynamique et une vitesse commune.

Sensibiliser et embarquer tout le monde dans la démarche est aussi un challenge important à relever car la clef de la réussite c’est nous tous. Ceci étant dit, je dirais tout de même que notre plus grand atout face à cette labellisation, c’est le fait que nous soyons depuis longtemps ancrés dans une démarche de consultation et d’engagement des parties prenantes. Ainsi, nous avons le savoir-faire et leur confiance. A titre d’exemple, nous avons organisé un comité de pilotage afin de présenter la démarche RSEi ; douze parties prenantes étaient conviées et toutes ont répondues présentes à l’invitation.

 

Selon vous, quels changements pourrait apporter le label RSEi au sein de votre structure ?

Je pense que nous pourrons faire évoluer notre gouvernance, du fait de la double intégration des enjeux apportés par la fusion et par le label. Nous profiterons de ce travail pour mettre en place de nouveaux outils stratégiques, notamment le management par le risque. En effet, la cartographie des opportunités et des risques est un allié de taille pour prendre en compte toutes les externalités dans un contexte de performance globale.

 

Aujourd’hui, quelles sont vos attentes par rapport au label RSEi ?

D’un point de vue interne, je souhaite impulser une dynamique de changement et de progrès auprès de tous mes collaborateurs. En externe, j’espère que ce label nous permettra de mieux valoriser tout ce que nous faisons et pourquoi pas, atteindre une posture d’exemplarité pour nos pairs et inciter toutes les entreprises à nous rejoindre.