Du grand groupe à l’aventure entrepreneuriale dans l’insertion

19 avril 2018

Vous êtes ici

Fabrice Consolaro dirige les agences Sineo à Dijon, Besançon et à Dole. Anciennement directeur général d’un grand groupe, il se lance dans l’aventure entrepreneuriale en 2016 et nous raconte son parcours.

Sineo est une marque française qui propose à une clientèle essentiellement professionnelle (concession et flotte d’entreprise), le nettoyage de véhicules sans eau. Les produits utilisés sont biodégradables et fabriqués en France. C’est aussi une entreprise d’insertion engagée qui forme des personnes éloignées de l’emploi au métier de préparateur esthétique.

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

J’ai une formation d’ingénieur en industrie du bois que j’ai réalisée à l’Enstib à Epinal. Après une courte expérience dans ce domaine, j’ai rapidement basculé dans le négoce de matériaux de construction pour le groupe SAMSE. De directeur d’agence, je suis passé Directeur de région pour DORAS. J’ai ensuite occupé le poste de Directeur général de la filiale Prolians et Plastique (30 agences en France) du groupe Descours et Cabaud pendant 6 ans, un grand groupe familial français. En août 2016, je rachète l’entreprise d’insertion Sineo à Dijon.

Qu’est-ce qui t’a amené à reprendre Sineo Dijon ?

J’avais 43 ans quand j’ai quitté ce grand groupe. C’était le moment de voler de mes propres ailes, d’avoir ma boutique à moi, j’en ai toujours rêvé. J’ai cherché une boîte à racheter dans le coin, autour de Châlon et je suis tombé sur Sineo à Dijon. Je ne connaissais rien à l’automobile, ni à l’insertion mais j’ai accroché. J’ai vu le potentiel de la boîte et j’étais convaincu que je pouvais la développer en apportant une force commerciale. Je l’ai donc rachetée et je me suis plongé dans le métier, il a fallu tout appréhender.

Du grand groupe à l’aventure entrepreneuriale dans l’insertion, c’est un grand changement ?

C’est un plaisir. De toute façon, j’ai toujours voulu mon indépendance, c’était ancré en moi et je n’ai jamais eu très peur de m’aventurer dans l’inconnu. Cela m’a aidé de connaître la manière de fonctionner des grands groupes, ce sont mes clients. J’avais déjà une connaissance globale de l’entreprise mais la seule différence aujourd’hui, c’est que c’est moi qui fait tout. Avant, j’avais un directeur financier, un DRH, une compta client, une compta fournisseur, etc. Forcément, c’est un gros changement.

Pour autant, je n’ai pas modifié ma manière de faire, j’ai toujours fait mon possible pour être juste et fiable. J’aime être proche de mes collaborateurs dans un esprit où « on fait du travail sérieux, sans se prendre au sérieux » en étant toujours garant d’apporter une vraie valeur ajoutée aux clients.

Puis il y a eu Sineo Besançon et Dole ?

Chronologiquement, j’ai racheté Sineo Dijon en août 2016. Ensuite, sur proposition de Sineo France, j’ai créé le centre à Besançon en octobre 2016. J’ai démarré mon activité avec, comme client principal, les concessions Peugeot pour le Groupe Choppard. J’ai eu le conventionnement comme entreprise d’insertion seulement un an après. Nous n’avons pas de locaux là-bas, on se déplace directement sur le site de la concession pour la préparation esthétique des véhicules neuf et d’occasion, c’est une vraie relation partenariale. Un an après, j’ai eu la proposition de racheter Sineo Dole qui avait 7 équivalents temps plein d’insertion. Le fait d’avoir trois structures est une vraie valeur ajoutée puisque mes clients concessionnaires sont souvent implantés sur les trois villes. On représente environ 45 personnes. S’il y a un besoin urgent de la part d’un client, on peut y répondre très rapidement. S’il faut nettoyer 30 voitures la semaine prochaine à Besançon, je peux appeler du renfort.

Sur chaque ville où on est implanté, je mutualise l’accompagnement socioprofessionnel du personnel en parcours d’insertion avec d’autres entreprises d’insertion. Je fais ça au maximum pour qu’on créé des synergies et qu’on travaille ensemble en tant que structures d’insertion par l’activité économique. Le secteur de l’insertion, comme d’autres secteurs, est encore trop cloisonné alors que je suis persuadé qu’ensemble, on peut devenir bien plus forts.

Le volet à la fois environnemental et social de Sineo représente-il une vraie valeur ajoutée pour tes clients ?

Le fait qu’on soit une entreprise sérieuse et fiable est ce qui intéresse mes clients en premier lieu. J’interviens quand il faut, je réponds à leur impératif et je fais le travail avec la qualité qui est demandée. Tu peux être dans l’insertion et écolo, si le travail ne suit pas, cela ne marchera pas. Quand le concessionnaire te confie une voiture à 50 000€, il la veut propre et prête à l’heure. Il faut être carré et sérieux, cela représente 80% du boulot. Néanmoins, je m’adapte à mes interlocuteurs et à leur sensibilité sur ces thèmes. Je peux parler de notre méthode d’intervention sans eau et de nos produits biodégradables fabriqués en France. Quand j’ai un interlocuteur qui a une sensibilité sociale, j’aborde l’aspect insertion et j’explique comment cela fonctionne. J’ai des clients qui ne sont pas au courant qu’on est une entreprise d’insertion et quand ils le découvrent, ils sont d’autant plus satisfaits de travailler avec nous. Il faut garder à l’esprit qu’on peut remettre des gens au boulot seulement si on tient la route sur le volet business et la qualité de notre prestation.

Tu peux nous raconter un parcours d’insertion pour l’un de tes salariés ?

Il y a deux ans, j’avais un salarié en insertion à Sineo Dijon qui a ensuite trouvé du travail chez Peugeot. Là-bas, il a été formé à la partie technique, à savoir toutes les manipulations liées à la mise à la route d’un véhicule. Ensuite, il a évolué et a été formé à la mise en main, il s’occupait de remettre la voiture aux clients. Il est passé d’un parcours d’insertion en tant que préparateur à Sineo Dijon et aujourd’hui, il travaille chez Peugeot en CDI en tant que metteur en main. Il porte un beau costume !

Contact de l’entreprise Sineo, c’est par ici.

Portrait réalisé par la fédération des entreprises d’insertion Bourgogne Franche-Comté