L’expérimentation EiTI reconduite pour 2 ans !

25 novembre 2021

Vous êtes ici

En 2018, l’expérimentation de l’entreprise d’insertion par le travail indépendant (EiTI), cinquième structure de l’insertion par l’activité économique, était lancée pour trois ans. Grâce à un plaidoyer intense de la fédération des entreprises d’insertion, un amendement en faveur de la prolongation de l’expérimentation EiTI pour deux années supplémentaires, jusqu’en décembre 2023, a été adopté dans le cadre du projet de loi de finances 2022.

Un modèle en plein développement

Sous des formes diverses, plusieurs entrepreneur(e)s ont investi ce nouveau champ pour faire du travail indépendant un levier supplémentaire du retour à l’emploi pérenne. L’année 2021 est apparue comme une année de croissance pour les EiTI. Dans le rapport publié en juin 2021 par la fédération des entreprises d‘insertion, en partenariat avec Lulu dans ma rue, 19 EiTI étaient conventionnées. En novembre 2021, on en compte d’ores et déjà 39 EiTI, soit le double, et 24 projets en cours, rayonnant sur la métropole et en Outre-Mer.

La fédération des entreprises d’insertion, unique réseau fédérateur des EiTI, soutient activement le déploiement de ce nouveau modèle qui vient compléter l’offre inclusive et répondre à un réel besoin d’accompagnement de travailleurs indépendants fragiles. Des partenariats forts ont ainsi été noués, notamment avec l’Adie, acteur historique du travail indépendant.

Par ailleurs, la fédération a mis en place deux dynamiques de travail :

  • Une commission EiTi active depuis octobre 2020 qui travaille à la consolidation du modèle ;
  • L’appui à la création de nombreux porteurs de projets accompagnés en territoire par les fédérations régionales des entreprises d’insertion.

Cette prolongation de deux années supplémentaires permettra aux EiTI de continuer à se projeter, à expérimenter, et donc à investir, dans l’accompagnement, la croissance et la création d’emplois, mais aussi surtout de maintenir une solution de réponse forte aux besoins des travailleurs indépendants les plus fragiles.