Imaginer l’intérim autrement pour la réussite des parcours d’insertion

05 juillet 2022

Vous êtes ici

OCITO Travail Temporaire est une entreprise de travail temporaire d’insertion (ETTi) qui intervient sur tout le territoire du département du Haut-Rhin. En 2020, elle lance sa première opération pour permettre à des personnes éloignées de l’emploi d’intégrer la formation « Titre Professionnel Conducteur de bus en commun sur la route » et, au bout de six mois de missions d’intérim, d’accéder à un CDI chez l’un des trois clients d’OCITO Travail Temporaire, intervenant dans ce secteur d’activité. Depuis, au gré des résultats de sorties obtenus, cette ETTi renouvelle l’expérience. 

Processus de recrutement du candidat avant d’entrer en formation « Titre Professionnel Conducteur de bus en commun sur la route »

La route est longue pour les personnes souhaitant accéder au métier de conducteur de bus et intégrer l’entreprise Soléa. Le processus de recrutement est, en effet, composé de cinq étapes successives, organisées sous forme d’entonnoir. L’équipe d’OCITO Travail Temporaire mobilisée reçoit environ 200 à 300 CV. Elle organise deux sessions d’information collective par semaine, soit environ dix personnes par session. A l’issue de chaque session, trois à quatre candidats se positionnent sur la première étape de recrutement.

Adaptation du processus au public éloigné de l’emploi

Pour permettre aux personnes de réussir leur intégration, l’ETTi met en place tout un processus d’accompagnement. Cette préparation du candidat au processus de recrutement dure en moyenne deux mois et mobilise à minima au moins une conseillère RH sur l’ensemble du parcours.

L’ensemble de l’équipe a cherché à adapter ce processus à partir du niveau de départ des candidats. Pour ce faire, les salariés permanents se sont mis à la place du candidat en se frottant aux tests demandés. Ils ont assisté à l’une des réunions d’information collective animée par l’agence, se sont confrontés aux tests écrits, ont passé les tests de conduite de bus, ce qui leur ont permis de mieux se saisir des activités, des gestes professionnels et de l’environnement d’un conducteur de bus. Enfin, ils ont réalisé les tests psychotechniques demandés par l’AFPA ou ont assisté à un entretien avec un psychologue du travail. En bref, ils ont participé à l’ensemble du processus de recrutement comme s’ils étaient eux-mêmes le candidat.

Cette expérience leur a permis de se rendre compte de la difficulté du processus. Composé de plusieurs étapes, toutes éliminatoires, le candidat doit s’accrocher pour réussir, son projet professionnel doit être bien validé en amont et il doit pouvoir bénéficier d’un accompagnement tout du long.

« Le Titre Professionnel Conducteur de Transports en commun sur route, c’est un épanouissement pour moi, je « m’éclate » dans ce recrutement. C’est un investissement conséquent au niveau du temps, mais donner du temps pour la réussite de nos candidats, c’est primordial pour moi. Quand nous mettons des candidats avec chacun un but en commun « Réussir le Titre Professionnel » et de les voir s’entraider, s’investir, s’épanouir et SURTOUT être heureux et joyeux après l’obtention de leurs titres, c’est cela également notre propre réussite au sein de l’agence. »

Klaudia CHMIEL - Assistante d’agence, OCITO Travail Temporaire

« L’aboutissement d’un long parcours ensemble… Ce recrutement basé sur la confiance et l’échange est primordial et il m’apporte, en toute humilité, une très grande satisfaction. Je suis fière de participer à la construction de leur avenir et de leur permettre de concrétiser des projets qui semblaient irréalisables. »

Farida BOULGHOBRA - Chargée d’affaires, OCITO Travail Temporaire

 

L’équipe a tout d’abord chercher des tests analogues pour entraîner chaque candidat sur chaque étape : test psychotechnique, test de logique, test de rapidité, etc. Ensuite, chaque étape a été travaillée individuellement avec chaque candidat afin de lui permettre de mettre toutes les chances de son côté. Pour l’étape 1, l’accompagnement a été centré sur un entraînement du candidat en calcul mental, en compréhension écrite, sur des exercices de lecture d’horaires de planning ou encore de plan de l’agglomération. Pour l’étape 4, un temps préparatoire avant le RDV pour le « test bus » a permis au candidat de rassembler l’ensemble des pièces justificatives demandées et d’appréhender sa future prise de poste. Pour la dernière étape, cette préparation s’est achevée sur l’entretien d’embauche en indiquant au candidat les bons réflexes à avoir, les recherches à réaliser en amont sur l’entreprise, etc.

En plus d’une préparation aux tests, cet accompagnement permet au candidat de se familiariser au vocabulaire professionnel du métier de conducteur de bus, de décrypter ses futures tâches comme l’environnement professionnel dans lequel il évoluera, et de s’approprier les consignes comme les savoir-être liés à ce nouveau poste de travail.

 

Organisation des sorties vers l’emploi et/ou la formation à chaque étape du processus de recrutement

Les résultats obtenusSelon Klaudia Chmiel, assistante d’agence : « Chez nous, on donne sa chance à tout le monde. Et avec notre accompagnement, nous aidons chaque candidat à augmenter ses chances de réussir ».

Un pari gagné puisque sur les trois dernières sessions réalisées, 50 personnes ont obtenu le titre professionnel et 33 d’entre eux ont signé un CDI avec Soléa et 15 autres devraient signer leur contrat en début d’année prochaine.

Quant aux candidats sortis du processus de recrutement, l’ETTi cherche systématiquement à leur proposer d’autres pistes, soit en les positionnant chez d’autres clients pour lesquels le processus de recrutement nécessite moins de prérequis d’entrée, tels que Transdev ou Metrocars, soit en leur proposant d’autres missions d’intérim. Et à chaque fois, l’ETTi informe le prescripteur du bilan de positionnement qu’elle a réalisé comme des pistes de travail possibles.

 

Un sens partagé par l’ensemble des acteurs impliqués

Ces résultats s’expliquent aussi par la relation quadripartite entre l’ETTi, son client, l’organisme de formation et le futur intérimaire. Comme le souligne Patrick Lidiani, gérant de l’ETTi, « il y a un vrai mouvement qui se met en place. Chaque acteur a un rôle à jouer et qui fait collectif ». En pilotage de l’opération et parce que l’inclusion est au cœur de son projet social, l’ETTi va savoir mobiliser les acteurs (clients, formateur, …) plus sur la personne et l’évolution de son parcours que sur du business. Ses clients comprennent qu’ils vont se mobiliser non plus pour répondre à un besoin d’emploi mais bien sur l’accompagnement d’un parcours vers un projet professionnel solide et validé. Pour y arriver, l’ETTi travaille à créer un partenariat fort avec son client et à intégrer sa politique d’entreprise. Elle lui offre un conseil RH avec l’outil de l’intérim. Cela permet de donner du sens à l’engagement pris par son client et de rendre plus lisible l’action qui va être mise en œuvre par lui : le parcours d’insertion.

L’ETTi, un partenaire RH pour l’entreprise

L’ETTi est impliquée et impliquante. Elle est reconnue pour ce qu’elle fait et sait faire, l’accompagnement de parcours d’insertion. C’est une autre façon de faire de l’intérim où l’inclusion des publics éloignés de l’emploi est intégrée dans leur démarche RH.

« On ne vend pas de l’insertion. Par contre, on vend un savoir-faire. On vend une capacité à faire, à mobiliser différents acteurs et à y mettre les moyens. C’est pour ça que l’on est reconnu par nos clients comme des professionnels RH. Le fait que nos clients se soient tournés vers nous c’est parce qu’ils ont déjà éclusé toutes les autres pistes pour sourcer et recruter.

La partie « insertion » du processus de recrutement, c’est l’ETTi qui s’en charge car c’est son métier et qu’elle a des moyens dédiés pour le faire. Elle a toute une équipe à disposition pour accompagner les candidats.

Quant à la partie « RH », l’ETTi va analyser les problématiques RH de son client avec eux, va ensuite mobiliser les prescripteurs, et se mobiliser à travers la mise en place d’actions. Le client va ainsi pouvoir visualiser sur du moyen et long terme l’ensemble du parcours, ses étapes, son séquençage. »

Patrick LIDIANI - Gérant, OCITO Travail Temporaire

 

L’ETTi, un soutien pour le candidat intérimaire

Du début du parcours jusqu’à la sortie, le candidat bénéficie d’un accompagnement individualisé. Le candidat sait pourquoi il est là car sa candidature doit être en amont validée par l’ETTi et le client final. Il sait ce qui l’attend durant la formation et sait ce qu’il doit mettre en œuvre pour réussir car la formation lui a été présentée en détail, ainsi que le diplôme visé. Il sait ce qui l’attend une fois son diplôme validé car l’ETTi lui a expliqué qu’il devra réaliser six mois de missions en intérim avant de signer un CDI. Et il sait aussi qu’il peut toujours s’appuyer sur l’ETTi en cas de difficulté.

« Le recrutement s’est passé dans les meilleures conditions pour moi depuis ce 18 décembre 2021, ma première rencontre avec OCITO. La suite de mon parcours a été juste magnifique de mes tests de sélection, à ma formation au Centre Wantz jusqu’à aujourd’hui mon entrée chez Soléa. Tout au long de ces mois j’ai été encadrée et écoutée. Merci de m’avoir donné ma chance et de m’avoir fait confiance. » 

Françoise VIMORAOCITO Travail Temporaire, Soléa

« Mon recrutement s’est très bien passé, toutes les étapes me paraissaient difficiles au début au vu du nombre de candidats, mais tout compte fait en prenant du recul, j’ai l’impression que tout m’a été servi sur un plateau. Merci OCITO, d’avoir contribué à accomplir un de mes rêves, la formation se passe à merveille au sein d’une bonne équipe très pédagogue. » 

Le Guy TRANOCITO Travail Temporaire, Soléa 

« Je tiens à vous remercier pour la confiance que vous avez eu au premier entretien pour débuter la formation lorsque nous avons passé les tests, avec mes 60 ans, il ne me manquait que la catégorie D sur mon permis. 

M’intégrer dans un groupe de 14 personnes, le plus jeune à 21 ans et moi le doyen du groupe avec mes 60 ans que j’ai fêté avec eux. Nous avons eu une très bonne entente malgré nos différences de nationalités, d’âges et d’expériences. Côté suivi absolument rien à dire et du côté de la formation non plus, tout s’est très bien passé, j’ai tout réussi du premier coup malgré un stress immense lors des examens théoriques, un peu moins pour la pratique car avant j’étais chauffeur Poids Lourd en Suisse pendant plus de 35 ans sur les routes ». 

Daniel ERNYOCITO Travail Temporaire, Transdev

 

Tout le monde a des capacités à faire

La réussite de ce type d’opération est également le fruit d’une conviction que porte toute l’équipe de permanents de l’ETTi dans la capacité à faire des candidats qui leur sont orientés.

« On part du principe que tous nos candidats ont une capacité à faire, c’est à nous de les accompagner à l’exprimer. »

Patrick LIDIANI, Gérant, OCITO Travail Temporaire