Expérimentation FEST

05 décembre 2016

Vous êtes ici

Le développement de la formation professionnelle au sein des TPE-PME est un enjeu stratégique au service de la compétitivité des entreprises et du développement des compétences et de l’employabilité des salariés peu qualifiés, traditionnellement exclus de la formation professionnelle « classique ». Il s’agit avec la FEST de sortir d’un schéma de formation calqué sur le modèle scolaire de la formation initiale (qui s’avère un frein pour toute une partie de salariés peu ou pas qualifiés) pour mobiliser les situations de travail et apporter la preuve qu’elles peuvent être, elles aussi, considérées comme des actions de développement des compétences des salariés.

 

A travers cette expérimentation, la DGEFP entend offrir l’opportunité aux OPCA volontaires, de préciser et qualifier les conditions nécessaires au basculement d’une situation de production lambda à une situation de formation sur le poste de travail. Il s’agit dès lors de repérer, aménager, valoriser et rendre traçable ces processus de production de compétences et de professionnalisation. 13 OPCA ont répondu présents à cet appel à projet et ont démarré, en 2016, ce vaste chantier piloté par la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP), le Copanef et le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP). Parmi eux, Opcalia a proposé trois projets pour porter cette expérimentation : un de ces projets est monté en partenariat avec la fédération des entreprises d’insertion.

 

La fédération a en effet rapidement saisi l’intérêt d’une telle expérimentation visant à faire bouger les lignes du financement de la formation professionnelle et à rendre éligible, en qualité d’actions de formation, des activités formatives jusque là invisibles et non repérables en tant que telles, et qui pourtant sont au cœur du métier des entreprises d’insertion : formation sur le poste de travail, formation en hygiène et sécurité par exemple mais aussi des compétences plus transverses mais néanmoins très importantes pour l’employabilité future des salariés en insertion : respect des horaires, des consignes, apprentissage du travail collectif, autonomie sur le poste de travail, etc.

 

5 entreprises d’insertion ont relevé le challenge et mobilisé leurs équipes autour de ce projet : D.MULTIPLE en Hauts-de-France, REVAL PREST dans le Grand-Est, ENVIE 44 en Pays de la Loire, IDEES 25 et JURATRI en Bourgogne-Franche-Comté. Directeurs, encadrants techniques, chargés d’insertion professionnelle se réunissent pour une réunion de lancement le 7 décembre au siège de l’AFPA qui a été choisi, au vue de son expertise sur le sujet, pour accompagner les cinq entreprises tout au long de l’expérimentation. Identifier les situations de travail appropriées, définir des objectifs d’apprentissage professionnels, trouver les méthodes qui faciliteront ces apprentissages, mesurer l’acquisition des compétences… les tâches vont être nombreuses durant les prochains mois qui permettront à terme de construire et structurer un environnement de travail apprenant et reconnu comme tel.

 

Pour cela, la fédération a choisi de s’appuyer sur le référentiel CLEA, (référentiel socle de connaissances et de compétences professionnelles) qui sera contextualisé à partir des situations de travail. Le salarié en insertion, partie prenante et bénéficiaire in fine de l’expérimentation, participera activement à cette démarche de professionnalisation qui va notamment valoriser des pratiques de coopération et d’entraide basées sur le partage d’information, la concertation, la prise d’initiative, le droit à  l’erreur mais aussi la possibilité prendre du temps afin de s’approprier le sens et les enjeux de l’activité et d’être ensuite en capacité de les transférer dans une autre situation de travail. Cette prise de recul par rapport à l’activité est considérée comme un élément essentiel de la formation en situation de travail.

 

Il restera comme aboutissement de cette expérimentation à articuler FEST et certification CLEA. La certification restant aujourd’hui, sur le marché du travail, un marqueur de reconnaissance particulièrement important pour la sécurisation des parcours.