Les réseaux de l’IAE se mobilisent pour faire de la formation une priorité

07 juin 2017

Vous êtes ici

Logos des sept réseaux

Les enjeux de l’accès à l’emploi durable évoluent et les structures d’insertion par l’activité économique (IAE) s’adaptent à ces nouvelles exigences, au premier rang desquelles se trouve la formation professionnelle des salariés en parcours d’insertion. Pour autant, celle-ci reste trop difficile à mobiliser, corsetée par des règles de droit commun inadaptées à des besoins hors du commun.

 

Besoins spécifiques de montée en compétences, turnover important des salariés en parcours d’insertion, impact de la non-prise en charge de la rémunération pendant les temps de formation et gains de compétitivité au bénéfice des futurs employeurs :  autant de caractéristiques spécifiques à l’IAE qui ne sont pas prises en compte dans les modalités de financement de la formation et qui en empêchent, de fait, le développement.

 

Les réseaux nationaux de l’IAE (Chantier Ecole, le Comité national de liaison des régies de quartiers, Coorace, Emmaüs France, la Fédération des acteurs de la solidarité, la fédération des entreprises d’insertion, l’Union nationale des associations intermédiaires) ont décidé de faire front commun pour changer de paradigme. L’objectif de cette mobilisation est double :

  • modifier la définition de l’IAE dans le Code du Travail pour faire de la formation professionnelle une des modalités centrales des parcours d’insertion;
  • assurer le financement pérenne des actions de formation en engageant l’ensemble des parties prenantes autour de cette nouvelle exigence. 

 

Les réseaux interpelleront le gouvernement et les parlementaires pour que cette modification intervienne dès que possible et que le cas spécifique des salariés en parcours d’insertion soit pris en compte dans la future loi sur la formation professionnelle prévue pour 2018.