Nouvelle échappée pour découvrir de beaux projets FDI !

06 avril 2021

Vous êtes ici

Nous repartons ce mois d’avril à la découverte de nouveaux projets FDI portés par les adhérents de la fédération des entreprises d’insertion. Au programme, quelques arrêts en Centre-Val de Loire, PACA, Occitanie et dans le Grand Est, avant un détour par l’Ouest de la France, en Bretagne et en Pays-de-la-Loire. Tous ces projets, ancrés dans leurs territoires, permettront à l’inclusion de rayonner toujours plus largement. Une bonne nouvelle en ce début de printemps !

De nouvelles installations pour développer l’activité inclusive 

De nombreux projets ont vu leur création s’accélérer grâce au FDI. Ainsi l’Association Pour les Personnes Handicapées du Perche (APHP) s’est saisie du FDI pour lancer son entreprise d’insertion, « Le marché vert et solidaire », qui reprend les activités d’une entreprise déjà existante. Cette nouvelle entreprise d’insertion (Ei) conjuguera des activités de maraichage et d’entretien d’espaces verts pour répondre à un besoin fort dans un secteur peu couvert en offre d’insertion : le Perche vendômois. Souhaitant s’inscrire pleinement dans une dynamique de circuit court et d’agriculture responsable, l’entreprise prévoit de nouer des partenariats avec les services de restauration collective du secteur pour sa production de légumes. Ce projet doit permettre la création de huit emplois sur l’année à venir.

Ei du réseau «Pain et Partage« qui s’est développé dans d’autres régions, l’entité montpelliéraine assure la production de pain bio, local et solidaire à destination de la restauration collective. Forte de son expérience et de la pertinence de ses impacts, elle promeut une logique de duplication de son modèle et de changement d’échelle grâce au FDI avec un projet d’implantation à Toulouse. En créant un pôle boulangerie solidaire en Occitanie, elle souhaite miser sur une accélération de la transition agroécologique du système agricole et alimentaire, réaffirmer sa volonté de garantir à tous une alimentation saine, sûre, durable, de qualité et locale pour le plus grand nombre et faire la preuve que des acteurs de l’insertion peuvent s’imposer comme des acteurs majeurs du changement pour une relance économique inclusive, durable et éthique. Ce projet permettra la création de onze postes d’insertion et cinq postes de permanents sur les deux prochaines années.

Enfin, l’Ei Trocabi, installée depuis trente-cinq ans à Rennes, prévoit de s’étendre dans la métropole bretonne. Composé de deux magasins, elle exerce une activité de dépôt-vente de vêtements, accessoires, puériculture, jouets tout en étant un créateur de lien social dans ses quartiers d’implantation. Repris en avril 2020 par l’ensemblier Ressources T - Envie, la nouvelle équipe s’est saisie du FDI pour accélérer son développement et ainsi créer un poste de permanent et quatre emplois d’insertion sur les métiers du commerce. Rendez-vous bientôt pour l’ouverture d’un troisième magasin au cœur d’un Quartier Prioritaire de la Ville !

Des changements d’échelle pour rayonner plus largement sur son territoire 

D’autres se sont saisis du FDI pour soutenir et accélérer leur changement d’échelle sur leur territoire ou à l’échelon national. C’est le cas de l’Ei Le Biau Jardin, installée à Gerzat dans la banlieue de Clermont-Ferrand, qui a une activité de maraichage biologique, basée au cœur de la plaine de la Limagne, réputée pour sa fertilité. La structure a profité du FDI pour accélérer son changement d’échelle sur ses activités historiques (la vente en boutique de produits bio, à emporter de paniers de légumes ainsi qu’en demi-gros pour les restaurateurs et supérettes). Pour cela, l’achat de matériels logistiques et agricoles, l’aménagement d’un réseau d’irrigation par récupération d’eaux d’appui et d’aménagement du bâti sont prévus. Le projet permettra la création de cinq emplois d’ici fin 2022.

Tête Haute est quant à elle une brasserie artisanale ligérienne d’insertion, dotée de sa propre houblonnière. Son activité se décline en trois axes : activité agricole de culture et récolte de houblon ; activité de production et de transformation de bière biologique artisanale ; activité commerciale avec de la vente et distribution auprès des professionnels et particuliers. Durant ses trois premières années de lancement, Tête Haute a pu tester et valider sa double proposition de valeur : produire et commercialiser une bière biologique de qualité, et en faire un support innovant et pertinent d’insertion sociale et professionnelle. Elle s’engage aujourd’hui avec le FDI dans un changement d’échelle, programmé pour 2023, pour maximiser son impact social, territorial et économique, et passer d’une TPE locale à une PME d’envergure nationale, génératrice d’emplois de qualité. Cela permettra la création de six emplois en 2021 (dont la moitié d’insertion) et d’ici 2025, quarante emplois dont vingt-cinq d’insertion. 

En Pays-de-la-Loire aussi, InsérimETTi membre du Réseau Adecco Inclusion, est convaincue que le travail est le premier moyen d’insertion sociale et professionnelle et que la mise en situation de travail est l’outil le plus adapté pour y parvenir. Forte d’une stratégie ambitieuse pour les trois années à venir, l’entreprise entend doubler son impact social en passant de 600 à 1 200 personnes accompagnées pour 360 équivalents temps plein. En 2020, Insérim a déjà défini une nouvelle organisation interne qui donne la priorité au développement commercial. La création de deux postes supplémentaires permettra de diversifier son offre, pour accompagner un public plus large, notamment les femmes, et créer des parcours d’insertion plus variés, répondant aux aspirations et projets des personnes se retrouvant en difficulté vis-à-vis de l’emploi.

Enfin, Sistra, créée en 1999, à Strasbourg, est composée d’une Ei et d’une entreprise adaptée, qui emploient plus de cent trente personnes. Travaillant pour plus de trente entreprises, des PMI locales mais aussi de grandes entreprises industrielles comme Paul Hartmann SA, le Groupe Clarins ou Alden, l’entreprise gère des activités de sous-traitance dans le domaine du co-packing, conditionnement, assemblage-montage. Pour répondre à la croissance de l’activité, Sistra a lancé la construction de ses propres locaux en 2020, dans l’objectif d’asseoir la stabilité financière de l’entreprise, d’intégrer de nouvelles activités et de professionnaliser les salariés, grâce à des locaux facilitant des actions de formation. Le FDI 2020 lui permettra d’accélérer ce changement d’échelle et de répondre au besoin d’un nouveau client de taille : L’Oréal. Elle investira ainsi dans l’aménagement d’une nouvelle ligne de production et créera ainsi dix à quinze postes d’insertion ainsi qu’un à deux postes de permanents.

De l’industrialisation et du développement d’activités pour répondre aux besoins du territoire 

De nombreuses entreprises sociales inclusives ont vu avec la crise de nombreux besoins émerger sur leurs territoires ; le FDI leur a donné une clé supplémentaire pour accélérer leur transformation et répondre à ces besoins. Ainsi Lemon Aide, entreprise d’insertion installée à Marseille, a constaté une forte croissance du marché du tri sélectif en entreprise, à la sortie du confinement, qui l’a amené à impulser un changement d’échelle. L’acquisition de véhicules, de matériel de conditionnement (presse hydraulique, chariot élévateur, basculeur…) lui permettent d’augmenter ses capacités de collecte et de traitement des matières pour répondre à des marchés d’ampleur. Quel impact pour les salariés en parcours d’insertion ? Moins de tâches répétitives, une réduction de la pénibilité du travail, l’utilisation d’un matériel plus répandu dans l’industrie et donc une meilleure employabilité en sortie de parcours. Tous ces gains de productivité permettront de faire davantage de collectes, et de créer quatre emplois d’insertion sur l’année à venir.

Depuis de nombreuses années, Envoi OPS, Ei installée en périphérie de Toulouse, s’est spécialisé dans le réemploi d’ordinateurs. Les partenariats noués avec de grands groupes comme Airbus ont permis de récupérer le matériel en fin de cycle et de le réhabiliter. Envoi OPS s’est saisi du FDI pour élargir ses activités de réemploi sur les flottes de smartphones, de plus en plus présents. Cette nouvelle activité va lui permettre de créer une ligne de production dédiée et plusieurs emplois d’insertion.

CATM a quant à elle fait le pari de la relocalisation industrielle, avec le FDI axe 2. L’entreprise, basée à Chambéry, est passée en un peu plus de dix ans de la PME familiale à un employeur incontournable de l’agglomération. En 2020, ils continuent à aller toujours plus loin avec la construction d’un espace de 2 000 m2 permettant le développement de leurs capacités logistiques et offrant une forte réactivité, adaptée aux exigences du e-commerce. En parallèle, ils travaillent avec la société 3MC au développement d’une nouvelle gamme composée de deux produits 100% écologiques autour de l’eau : un nettoyant et un désinfectant. Toutes ces initiatives permettront de renforcer la formation des salariés en parcours tout en favorisant la création de trente emplois supplémentaires. 

Installée sur le territoire breton, l’Ei Book Hémisphères est spécialisée dans le réemploi du livre depuis 2002. Elle collecte, trie et remet en circulation des livres - plus de 5 millions depuis sa création - et autres produits culturels. Face à une ressource croissante et une demande de livres d’occasion en augmentation, le FDI Axe 2 vient conforter le projet de Book Hémisphères : renforcer sa stratégie de vente multi-canal - via la vente aux professionnels, l’ouverture d’un magasin et le développement d’une plateforme solidaire de e-commerce. Dans un contexte concurrentiel fort, ces projets permettront de pérenniser les savoir-faire de Book Hémisphères dans l’accompagnement, la montée en compétences et la formation des salariés en parcours d’insertion sur des postes à fort potentiel de recrutement dans la vente et le commerce en ligne.

Enfin, en Grand Est, Scoprobat, Société Coopérative et Participative, Ei depuis 1981, est installée dans le quartier du Neuhof à Strasbourg. Son activité principale, la propreté et les services associés, est exercée sur le territoire de toute l’Eurométropole. Le soutien financier du FDI permettra à Scoprobat de consolider son activité de désencombrement des bâtiments, avant les opérations de rénovation urbaine, avec la récupération d’archives, de mobiliers et machines obsolètes, ou d’objets personnels stockés dans les caves… L’environnement est au cœur de ce projet avec des activités diversifiées permettant l’acquisition de compétences pour les salariés : manutention, tri sélectif, réemploi, le tout avec des véhicules et machines « propres ». L’objectif est de consolider la position de Scoprobat comme apporteur de solutions aux bailleurs sociaux et privés et de créer cinq emplois d’insertion en 2021.