LE BIAU JARDIN : un concept très bio-bio

02 septembre 2016

Vous êtes ici

Situé sur les terres fertiles des volcans d’Auvergne, LE BIAU JARDIN, dirigé par Gilles Lèbre, a eu l’idée de combiner trois modèles : celui de l’entreprise d’insertion, de la société coopérative et du maraîchage biologique. Et ça marche ! L’entreprise produit près de 1 000 paniers biologiques chaque semaine avec un circuit court qui intègre également la livraison en points de dépôt. En complément, une supérette avec des aliments de producteurs locaux ou bio dessert les habitués de Clermont-Ferrand. Au cœur de cette chaîne de valeur la culture de la terre et la récolte de ses fruits (ou légumes) sur plusieurs hectares.

De l’idée à la notoriété

La réflexion sur le projet prend sa source dans une association de chômeurs de Clermont-Ferrand au cours de l’année 1997. L’idée de constituer une exploitation de maraîchage biologique est logiquement associée au projet d’embaucher prioritairement des personnes éloignées de l’emploi : chômeurs de longue durée, rmistes, parents isolés… Et de leur proposer, en parallèle de leur travail, un accompagnement socio-professionnel. Dès le départ, les salariés en parcours d’insertion se forment sur les métiers de l’agro-écologie, la logistique, la vente, la préparation des paniers, la gestion de stock, la vente en demi-gros et livraison, de façon transversale. Sur cette base, le modèle prend son essor en 2007 avec la création de la SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) du BIAU JARDIN, composée de 5 catégories d’associés : les réseaux associatifs ; le réseau bio et social, constitué de différents partenaires œuvrant dans le social et l’agriculture biologique ou l’environnement ; les soutiens privés. Deux nouvelles catégories apparaissent ensuite : les salariés et les collectivités territoriales. Le modèle se veut ouvertement participatif, ce qui ne sera pas sans poser quelques difficultés au démarrage mais aujourd’hui, l’ensemble des personnes impliquées dans le projet sont mobilisées à travers la gouvernance. Quant au modèle économique, il est fondé sur l’accès à des produits de qualité certifiés biologiques pour une clientèle urbaine et péri-urbaine à partir de 9 € par semaine. LE BIAU JARDIN est désormais installé durablement dans le paysage du « bien consommer » et du « bien manger » et possède une notoriété qui ne se dément pas.  

Un impact économique et social à plusieurs dimensions

En matière d’impact territorial, le modèle du BIAU JARDIN permet de développer un circuit de consommation court et durable, par la production de fruits et légumes sur ses terres à Gerzat en milieu péri-urbain. Ce modèle a fait ses preuves et tout le monde s’y retrouve : pour le consommateur, la qualité et la traçabilité sont assurées et pour le producteur, la vente se fait à un prix raisonnable. En matière d’impact environnemental, LE BIAU JARDIN fût précurseur d’un modèle d’agriculture plus durable pour lequel les clients ont les yeux de Chimène : le bio c’est plus naturel, c’est moins de produits chimiques (pesticides, insecticides, etc), c’est aussi des produits non transformés comme le lait ou les œufs. En matière d’impact social, en joignant les techniques non conventionnelles de l’agriculture biologique et l’insertion par le travail, LE BIAU JARDIN demeure un laboratoire pédagogique. Les salariés en parcours d’insertion réussissent plutôt bien avec, à la clé, des emplois par exemple dans les domaines du transport routier ou de l’agriculture.

Les dirigeants soulignent volontiers que LE BIAU JARDIN est l’une des rares entreprises à avoir combiné le canevas de l’entreprise d’insertion et celui du maraîchage biologique. C’est une réelle performance quand on connaît la difficulté à équilibrer les comptes de résultat dans le secteur agricole. S’y ajoute une dimension collective et solidaire. L’emploi durable est souvent un horizon lointain pour les salariés de la coopérative. Le retour à des gestes liés à la terre est un très bon vecteur d’apprentissage. C’est peut-être là que réside le succès du BIAU JARDIN : tout le monde apprend à faire différemment de la racine à la fourchette.

 

Retrouvez le projet du BIAU JARDIN, les actualités de la coopérative et même des idées de recettes de saison sur le site Internet www.lebiaujardin.org

Pour les habitants de Clermont-Ferrand et du Puy-de-Dôme, retrouvez la carte des produits bio sur la page www.lebiaujardin.org/le-panier/tarifs

Crédit photos : © Jodie Way