L’inclusion au cœur des Universités d’été de l’économie de demain

30 août 2021

Vous êtes ici

Jeudi et vendredi dernier se tenait la troisième édition des Universités d’été de l’économie de demain, organisées par le Mouvement Impact France. Avec plus de 1 500 participants et 150 intervenants, l’événement est revenu sur les enjeux de transition écologique et sociale. Avec trois intervenants de choix, tous membres de la fédération des entreprises d’insertion, la part belle a été faite à l’inclusion.  

Le retour d’expérience d’un Prix JENi 

Jehanne Portefaix, dirigeante de Digitanie, entreprise lauréate du prix JENi (Jeune entreprise d’insertion) 2020, a inauguré les masterclass sur le sujet « Comment développer une entreprise inclusive ? ». Elle a partagé son expérience de jeune dirigeante d’une entreprise d’insertion dans le domaine du numérique. Elle a ainsi rappelé l’importance de se concentrer sur cinq ou six priorités lors du lancement de son entreprise pour atteindre son but. Cette recette a fait le succès de Digitanie puisque la structure a atteint 100% de sorties dynamiques sur ses deux premières années.  

Jehanne Portefaix a aussi souligné l’importance des achats durables comme levier de développement de l’économie inclusive. Son discours a convaincu l’auditoire qui, lors de l’échange de clôture, a indiqué comme action prioritaire « la prise de contact avec les structures d’insertion de mon territoire ». 

La commande publique inclusive, un levier puissant de l’économie de demain 

Luc de Gardelle, président de la fédération et dirigeant du groupe inclusif Altaïr, est intervenu lors de la table ronde dédiée à la commande publique. Après avoir rappelé les victoires obtenues par la fédération dans le cadre de la loi Climat, il a partagé son point de vue d’entrepreneur avec deux élus de terrain spécialistes du sujet : Emeline Baume, vice-présidente de la métropole de Lyon, et Hervé Fournier, élu de la ville de Nantes.  

Les trois participants, avec l’entremise du modérateur Christophe Divi de l’organisme Les Canaux, sont parvenus aux mêmes conclusions : l’importance de favoriser les connaissances entre acheteurs et entrepreneurs sur les territoires et l’enjeu de formation des parties prenantes. Les intervenants comptent s’appuyer sur différents outils, notamment sur le plan national des achats durables (PNAD) et les schémas de promotion des achats publics socialement et écologiquement responsables (SPASER). Les deux villes ont ainsi indiqué qu’elles étaient en train de renforcer leurs SPASER pour réserver une part d’achats plus importante aux structures de l’économie sociale et solidaire.  

L’emploi, enjeu central de la transition écologique et numérique 

Laurent Laïk, président du groupe inclusif La Varrape et membre du bureau fédéral de la fédération, a quant à lui animé la plénière dédiée à l’emploi. Le recrutement, véritable enjeu de la rentrée, est aussi au cœur de la transition écologique et numérique à venir. A cette occasion, la secrétaire d’Etat à la Jeunesse, Sarah El Haïri, a réaffirmé son soutien plein et entier à l’insertion, en mettant en avant sa capacité « à aller chercher les gens et les accompagner ».  

Grâce à ces interventions, mais aussi avec de nombreuses prises de paroles des différents intervenants, et notamment d’Emmanuel Faber, sur l’importance du pan social dans la transition écologique et numérique, l’inclusion a une nouvelle fois été affirmée comme une solution de choix pour s’assurer que la transformation de l’économie profite à tous.