REGAIN : la qualité se met au vert

05 novembre 2019

Vous êtes ici

Pour parler RSE et de la nouvelle version du référentiel AFAQ Ei/ETTi, nous nous sommes dirigés dans la Sud de la France, dans le Tarn et plus précisément à Albi, où nous a accueilli, Isabelle Bianchi directrice de la SAS Regain depuis 1998.

 

Multi-activités, REGAIN gère du tri et traitement des déchets, de la collecte des encombrants et s’occupe également de l’entretien de cadres de vie et de l’entretien des espaces verts, cette dernière activité étant en fort développement. REGAIN est bien implanté sur son territoire et a à cœur de développer ses activités pour vivre de son chiffre d’affaire, tout en étant reconnu pour la qualité de sa mission sociale d’accompagnement des personnes en difficulté. Elle accueille 13 personnes en parcours d’insertion.

 

La qualité

Isabelle Bianchi est incollable sur le sujet : elle a démarré les démarches qualité avec, à l’époque, le label interne de la fédération Qualirei, puis s’est naturellement emparée de la certification AFAQ Ei/ETTi quand celle-ci a été lancée en 2011. Organisation des moyens humains, homogénéisation des outils et des pratiques, fixation des objectifs, etc. La directrice est intarissable sur la contribution de la démarche qualité à l’organisation de son entreprise. Même si, elle reconnaît qu’au départ, tout n’a pas été simple : « on avait monté une usine à gaz au niveau de la documentation et puis petit à petit, on a simplifié. Maintenant la partie documentaire est réduite au minimum utile. » Isabelle Bianchi a su également « vendre » sa certification auprès de ses partenaires et souligne l’importance de la communication pour faire reconnaître et rendre visibles les efforts et le travail fourni par l’entreprise. 

 

Alors la RSE ?

Même pas peur ! Isabelle Bianchi a reçu en juin dernier l’auditrice d’AFNOR Certification qui est venue évaluer l’entreprise sur site dans le cadre de l’audit de renouvellement. L’auditrice, déjà sensibilisée à la nouvelle version du référentiel et au développement de l’aspect RSE, a pu prodiguer à la directrice de REGAIN, ses recommandations pour anticiper sur les nouveaux enjeux du référentiel révisé. Isabelle Bianchi nous explique « nous faisions déjà des choses au niveau environnemental, par exemple, on s’occupait déjà des économies d’énergie et du traitement des déchets générés par nos activités. Mais par contre, ce n’était pas intégré dans notre Manuel Qualité, ni formalisé en termes d’objectifs ou d’indicateurs. Maintenant, il faut que la partie environnementale fasse partie intégrante de notre projet d’entreprise et qu’elle soit suivie et améliorée comme les autres dimensions sociétales et économiques. » L’auditrice a également pu pointer d’autres bonnes pratiques qui n’étaient pas valorisées comme par exemple, au niveau des achats, le fait que REGAIN travaille avec une entreprise adaptée.

Pour le reste, Isabelle Bianchi est confiante. La cartographie des parties prenantes ? Déjà faite, même si elle reconnaît qu’elle peut améliorer la participation des parties prenantes internes. Et il y a déjà des idées à ce sujet : que les salariés en parcours d’insertion puissent élire deux représentants qui participeraient aux réunions de direction, poser leurs questions et échanger avec les équipes. « Mais c’est à ça que servent les démarches qualité et RSE, non ? A s’améliorer et à tout le temps nous inciter à questionner pour avancer et innover. »

 

Un exemple d’innovation ou de bonnes pratiques ?

Isabelle Bianchi nous cite la prime sur les objectifs de sortie pour les chargés d’insertion professionnelle ou encore, le passage obligatoire par la période de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP), pour confirmer et valider les projets professionnels des salariés en parcours d’insertion. « C’est un travail de longue haleine, reconnaît-elle. Mais les conseillers en insertion professionnelle ont également des objectifs sur ce travail de réseau et de partenariat avec les entreprises du territoire. REGAIN est connu, les entreprises jouent le jeu. Quand les PMSMP se passent bien et qu’elles ont ensuite des besoins en ressources humaines, elles recontactent les salariés en parcours. »

 

Innovation, ancrage territorial, amélioration continue, participation des parties prenantes, excellence de ses pratiques sociales, gageons que REGAIN a toutes les cartes en main pour poursuivre avec succès sur la RSE et les démarches engagées sur la qualité. La perspective d’une labellisation par niveau de maturité a fini de convaincre sa directrice. « On va se mettre au travail pour obtenir le label « engagé ». Et ça nous challengera par la suite pour avoir le niveau supérieur. Toutes les entreprises de la fédération devraient pouvoir s’y mettre sans souci. Le label « initial » est accessible à toutes, et c’est un beau défi à se lancer avec les équipes. »

L’inclusion est-elle le défi que doivent se lancer toutes les entreprises ? Le label RSEi va-t-il être la feuille de route pour permettre à toutes les entreprises de tenter l’aventure ? C’est en tous cas toute l’ambition portée par ce label et par la fédération.