Un conseil fédéral d’ambition et de mobilisation

29 septembre 2022

Vous êtes ici

Visuel article

Le conseil fédéral de rentrée a sonné la mobilisation pour poursuivre le développement des entreprises sociales inclusives (Ei, ETTi, EiTI) tout en avançant sur le chantier interne de transformation de la fédération.

La matinée de ce conseil s’est tout d’abord ouverte sur un temps de travail dédié au projet interne « nouvelle fédération ». A cette occasion, les conseillers fédéraux ont pu approfondir les points travaillés par les permanents et le bureau fédéral lors du séminaire de rentrée. Le principe du scenario intégré a été présenté et sera soumis au vote lors du conseil fédéral du 26 octobre prochain. Deux groupes de travail (un sur les nouveaux statuts de la fédération et un sur la transition vers la nouvelle organisation) y seront également proposés. Ces nouveaux statuts seront ensuite soumis à l’approbation d’une assemblée générale extraordinaire organisée au premier semestre 2023.

Les conseillers ont ensuite travaillé sur la mission IGAS et plus largement sur l’avenir de l’IAE : il faut continuer à adapter les règles tout en renforçant la qualité de la mission.  Au point d’actualité, Luc de Gardelle a présenté les premières grandes orientations du projet de loi de finances 2023. Ce dernier, avec un budget équivalent à 2022 pour l’insertion par l’activité économique, nécessitera une mobilisation forte de tous dans les prochaines semaines. En effet, avec un budget 2022 qui pourrait être dépensé en totalité, un budget 2023 équivalent et une augmentation du SMIC à 6%, aboutirait à une baisse des ETP d’insertion.

Le président de la fédération a aussi présenté les premières briques de l’expérimentation « aide au poste formation » pour les entreprises d’insertion. Cette expérimentation, en cours de définition avec la DGEFP et le Ministère du Travail, vise à améliorer le fonctionnement actuel du PIC IAE. Pour se faire, la fédération propose de créer une aide au poste formation, sur le même modèle que l’aide au poste actuelle. Cette proposition doit redonner aux entreprises d’insertion la main tant sur leur budget que sur leur plan de formation pour leurs salariés en insertion.

Ce point d’actualité s’est conclu sur un temps d’échange autour des entreprises d’insertion par le travail indépendant (EiTI). L’occasion pour le bureau fédéral de rappeler le plein soutien de la fédération à l’expérimentation en cours sur ce modèle.

Enfin, les conseillers fédéraux ont découvert en avant-première la nouvelle application de la fédération. Cette dernière, développée pour améliorer la communication interne de la fédération, sera mise en service dans quelques semaines. Elle contiendra notamment un annuaire des dirigeants et de leurs salariés, permettra de mieux gérer l’inscription aux réunions de la fédération et sera un lieu d’échange des informations clés.