FDI Axe 2 : des projets tous azimuts !

01 décembre 2020

Vous êtes ici

Qui doutait que l’IAE était un réservoir de projets et d’ambitions. Au global, plus de 2 500 dossiers déposés par les SIAE pour plus de 191 millions d’euros. Voilà une preuve supplémentaire du dynamisme du secteur qui sait qu’il devra relever le défi de la crise sociale et économique que nous traversons. De quoi rassurer !

 

En septembre dernier, l’espoir renaissait après quelques vagues d’angoisses et d’inquiétudes : le FDI Axe 2 était officialisé après plusieurs semaines d’attente. Cet appel à projets exceptionnel, du fait de la mobilisation de l’Etat et du montant dévolu, a suscité tout particulièrement l’enthousiasme des entreprises sociales inclusives. En neuf semaines, trois cent cinquante projets ont été développés puis déposés par les entreprises d’insertion avec, au cœur, la création d’emplois d’insertion, soit près de 7 000 au total. 

 

Mais les 98 millions d’euros dévolus à l’appel à projet ne suffisent pas ; il va donc falloir choisir. La fédération des entreprises d’insertion a soutenu ce qu’elle avait proposé : un axe 1 pour soutenir, un axe 2 pour développer l’emploi inclusif et rebondir sur la courbe du Pacte d’ambition pour l’IAE. C’est également la position rappelée par la ministre déléguée à l’Insertion, Brigitte Klinkert, la semaine dernière. Il faut donc garder collectivement en tête que le critère de la création d’emplois doit être le premier à prendre en compte. De nombreux CDIAE doivent encore se tenir, les choix ne sont pas faits. Nous défendrons dans chacun d’entre eux cette vision d’un FDI qui porte bien son nom : FDI Rebond et le besoin de sortir de la logique d’un FDI classique. 

 

Sur les montants disponibles, l’espoir est double. Tout d’abord, la fédération des entreprises d’insertion a porté, aux côtés des autres réseaux de l’IAE, la demande de mobilisation des tous les fonds du secteur non-alloués en 2020. Ainsi, les fonds initialement dévolus aux « contrats passerelles » et au « CDI Inclusion » représenteraient 13 millions d’euros disponibles. Le deuxième confinement a aussi entraîné un moindre recours aux aides aux postes disponibles qui pourraient venir également abonder le FDI Axe 2. 

 

La fédération des entreprises d’insertion sait que de nombreuses structures d’insertion connaissent encore des difficultés et ont du mal à se projeter. C’est également pour cela qu’elle a demandé un abondement significatif du FDI 2021. Ce dernier doit tout autant servir à l’accompagnement des structures les plus en difficulté, sur lesquelles la crise continue à peser lourdement, qu’à permettre d’atteindre les objectifs du Pacte d’ambition. En effet, nous ne pouvons imaginer un développement de 100 000 postes en deux ans sans un accompagnement structurel fort. L’accompagnement doit être à la hauteur de l’enjeu, des délais contraints pour l’atteindre et de la situation économique et sociale du pays.

 

Et il semble que nous ayons été entendus : la ministre du Travail, Elisabeth Borne, s’est engagée en séance publique à l’Assemblée Nationale, sur un FDI 2021 exceptionnel pour répondre aux besoins de l’appel à projets non couverts. Ces engagements, couplés au vote définitif de la proposition de loi Inclusion en séance publique le 30 novembre dernier et un montant alloué à l’IAE toujours plus important dans le projet de loi de finances 2021 sont des outils indispensables au développement de nouveaux parcours.

 

Alors continuons, avançons, développons, créons ! De nombreux combats sont encore à mener pour permettre le développement de nos entreprises et nos emplois, mais les avancées sont là, nous continuerons.